Silence… Le souffle est précieux !

Lorsque nous faisons attention au souffle, nous ne participons plus au dialogue intérieur. Nous avons l’impression que notre attention est attirée ailleurs et quitte totalement le lieu habituel de nos pensées ou de nos associations d’idées. Nous devenons alors comme un maître tapissier, complètement absorbé par son tapis et concentré sur le travail qui est devant lui, dans un silence total de son esprit.

Le silence fait partie de la pratique de la plupart des disciplines spirituelles. Le silence ne suffit pas seulement de s’abstenir de parler , mais aussi se libérer de l’incessant dialogue intérieur et du bavardage mental que nous vivons au quotidien. Cette forme de son, le bruit intérieur, est de loin le plus difficile à gérer, et requiert notre attention constante.

Bien que nous sachions que nos pensées sont pour la plupart des fantaisies qui nous soulagent au mieux de façon passagère, nous ne pouvons pas nous empêcher de les ressasser encore et encore…
Cependant, nous arrivons très rarement à résoudre notre conflit ou à évacuer notre colère par ce type de dialogue intérieur.

Finalement, le « bruit mental » nous quitte par exaspération .

Il ne s’agit pas ici de nier l’importance de l’activité mentale dans nos vies, mais dans la vie de tous les jours, nos esprits sont constamment occupés. Penser, planifier, anticiper, juger, décider, espérer, etc., il va sans dire que nous avons besoin d’utiliser nos facultés mentales pour gérer le quotidien. Mais lorsque le dialogue intérieur est focalisé sur l’égo, nous perdons le contact avec le monde et avec nos semblables. Nous devenons obsédés par nous-même. Nous n’arrivons plus à voir véritablement les autres, à ressentir leurs émotions et à nous lier à eux.

Lorsque l’esprit se tait, le coeur s’éveille. C’est alors que nous commençons à accepter et aimer les autres. Il faut une longue pratique pour s’asseoir en silence et se concentrer sur le souffle et à travers le souffle sur le divin. Bien souvent, notre esprit erre vers le royaume des rêveries et l’attention au souffle se perd. On a besoin d’un rappel constant pour se concentrer sur le souffle et éviter de participer au dialogue intérieur.

Souvent, la musique peut nous aider à nous concentrer encore et encore sur le souffle. A première vue, il peut sembler que l’écoute de la musique fait entrer plus de bruit dans nos esprits et que nous nous éloignons par conséquent de l’état de silence.
Il est vrai que certaines musiques provoquent exactement cet effet et rendent difficile l’attention au souffle. Mais, lorsqu’elle est efficace, la musique peut servir de guide en ramenant les voyageurs égarés dans le bon chemin, la voie du souffle.

Ce qui est essentiel, c’est que la musique est là pour nous encourager sur la voie de l’amour. Dans ce sens, la musique est aussi un moyen de rappeler que l’observation du silence et l’attention au souffle ne représentent que le début de la voie. Le but final est d’atteindre le divin par le moyen de l’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *